Extensions HTML : Beurk !

Je viens de découvrir avec stupeur une pratique que l'on pensait disparue depuis longtemps : l'extension propriétaire au HTML. Vous vous souvenez sans doute, cette pratique courante dans les années 1990 qui consistait à ajouter des fonctionnalités nouvelles au navigateur, avec pour résultat le plus souvent des catastrophes au niveau de la compatibilité et de l'interopérabilité. Les sites ne fonctionnaient plus que dans un seul navigateur, les autres étant systématiquement rejetés, et que le plus fort gagne.

Je croyais que cette pratique avait disparu avec l'entrée dans le nouveau millénaire. Les navigateurs avaient assez de travail à implémenter correctement les standards : HTML, CSS, DOM, etc., la modernité c'était ça, respecter scrupuleusement les standards, afin que tous les navigateurs puissent enfin naviguer sans discrimination sur le net. Et vu leur puissance, on est loin de dire que c'est une limitation. Au contraire, c'est un espoir que tout fonctionne, partout, et qu'on puisse enfin ne faire plus qu'une seule version d'un site et non plus une par navigateur en fonction de ses spécificités.

Eh bien j'ai eu tort de croire ça ! Cette époque n'est pas révolue. Et là où ça fait encore plus mal, c'est que cette fois-ci, ça vient de... Mozilla !

Je dois vous avouer que j'ai encore du mal à y croire. Que cela vienne du coeur même de la mouvance pro-standard, d'un navigateur qui se dit « respectueux des standards », et dont c'est le principal argument, de mon navigateur, me fait encore plus mal.

Oh, ce n'est pas grand chose. Il ne s'agit pas d'une technologie qui va empêcher purement et simplement d'autres navigateurs d'accéder au contenu comme cela a pu être le cas (trop souvent) par le passé. N'empêche qu'il s'agit bel et bien de quelque chose qui n'est pas standardisé, et que les autres navigateurs ne pourront donc pas comprendre. C'est absolument inadmissible !

Mais de quoi s'agit-il au juste ? Tout simplement d'une technique de préchargement des liens. La technique est visiblement ancienne, et si j'en ai entendu parler c'est uniquement par une annonce de Mozillazine-fr : Google est amélioré pour Firefox. Rien que le titre veut tout dire, un site, en l'occurence Google, s'adapte à une technologie propriétaire d'un navigateur. Et pas aux autres. Non pas parce que les autres n'implémentent pas encore cette technologie, mais bien parce que cette technologie n'est pas standardisée et documentée. C'est le retour en arrière, à la bidouille, aux incompatibilités. C'est tout simplement désolant. Rageant même !

Alors certes cette technique passe le cap du validateur. C'est tout de même bien peu. Certains se permettent alors de qualifier tout cela de standard. Alors là je me dresse, je me hérisse : non, cette technique n'a rien de standard. En tous cas pas sous cette forme. Restreindre le standard à ce qui passe au validateur est la plus grosse ânerie que je n'aie jamais entendue. Excusez-moi mais c'est Totalement Crétin (paix à son âme). Ce n'est pas un outil automatisé qui va pouvoir décréter ce qui est standard ou pas. En l'occurence notre validateur souffre de limitations apparentes, et il en a d'autres.

Non, cette technique n'est pas du tout standard. Non, elle ne respecte pas le HTML 4.01, quoiqu'en disent certains qui ne doivent pas l'avoir lue (eh, même chez Mozilla ils ne doivent pas l'avoir lue ! Ridicule et désolant. Ça fait même froid dans le dos.) Que dit celle-ci ? (la mise en évidence est de moi)

Les auteurs peuvent souhaiter définir des types de liens supplémentaires qui ne sont pas décrits dans cette spécification. Le cas échéant, ils devraient utiliser un profil pour citer les conventions employées pour définir les types de lien.

Dans notre cas il y a clairement plusieurs lacunes.

  1. La spécification fait très clairement la distinction entre auteur et agent utilisateur. Ici il est bien question d'auteur, et Mozilla est clairement un agent utilisateur.
  2. Le profil. Ici, il n'est pas défini, alors qu'il est pourtant clairement et fermement recommandé (dans la version anglaise officielle le terme should est utilisé, et celui-ci a une signification bien précise). Pourquoi n'y en a-t-il pas ? Non pas parce que l'on est dans le cas d'une raison valable très particulière sur un point bien précis, et dont le pour et le contre a été consciencieusement pesé, mais bien parce que la technologie n'est pas standardisée. CQFD.

Ils ont beau dire qu'un document de standardisation est en cours, c'est de la poudre aux yeux, deux ans après il n'y a toujours rien, ça ressemble plus à une tromperie.

Tout cela est lamentable, pitoyable. Parce que Mozilla est un projet Open Source, un projet bien, tout lui est permis ? En bien permettez-moi de dire NON. NON au retour des extensions propriétaires. NON au retour des incompatibilités. Pour aller de l'avant, il faut respecter les standards. Ici nous avons affaire à une violation évidente des standards. Ne laissons pas ces erreurs se perpétuer, et ne répétons pas les erreurs du siècle dernier. Le web n'en a pas besoin.

Xavier Robin
Publié le jeudi 31 mars 2005 à 22:55 CEST
Lien permanent : /blog/2005/03/31/extensions-html-beurk
Tags :
Commentaires : 0

Commentaires

Aucun commentaire

Nouveau commentaire

* L'astérisque dénote un champ obligatoire.

En soumettant votre message, vous acceptez qu' il soit publié sous licence CC BY-SA 3.0.

Quelques balises HTML sont autorisées : a[href, hreflang, title], br, em, i, strong, b, tt, samp, kbd, var, abbr[title], acronym[title], code, q[cite], sub, sup.

Switch to english

Chercher

Tags

Bruit de fond Hobbys Humour Informatique Internet Livres Logiciels Moi Mon site web Mozilla Photo Politique Programmation Scolaire Ubuntu pROC

Billets récents

Calendrier

lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Syndication

Recommender