Le mythe climatique

Benoît Rittaud : Le mythe climatique

Benoît Rittaud prend le contre-pied de la théorie majoritaire qui veut que l'Homme soit responsable du réchauffement climatique par ses émissions de CO2. Son livre est un véritable réquisitoire montrant qu'à l'heure actuelle, force est d'admettre que la science est bien incapable de déterminer si nous sommes responsables du réchauffement observé. À vrai dire, même l'ampleur de ce réchauffement n'est pas connue précisément. Les thermomètres ont été mis en place dans un but de météorologie, pas de climatologie, et les mesures à long terme sont contestable. Par exemple, la plupart des thermomètres sont victimes de l'effet d'îlot de chaleur urbain.

Si l'on reprend mon billet récent sur l'évolution du climat à Genève, on est typiquement dans ce cas de figure. Les données utilisées ont été homogénéisées. En effet, un document de MétéoSuisse nous apprend que la station de mesure pour Genève a été déplacée du centre ville à Cointrin dans les années 19601. La station s'étant éloignée de la ville, ce déplacement représente un refroidissement dont il faut tenir compte : c'est l'homogénéisation. Ce qui n'est pas pris en considération, c'est le développement fulgurant de l'aéroport depuis ce déplacement. De la campagne, la station s'est rapidement trouvée dans une zone très urbanisée (voir sur Google Maps), en bout de piste, là où les avions font chauffer leurs moteurs ; d'où un inévitable réchauffement. Si ce réchauffement est certainement réel, qu'en est-il un peu plus loin, là où la ville n'est pas encore arrivée ? Et est-il également perceptible au centre ville, qui n'a plus beaucoup bougé ? Impossible de le savoir en l'absence de station de mesure. En tous les cas, ce document de MétéoSuisse montre bien que les villes se réchauffent beaucoup plus que les montagnes et les campagnes. Mais là aussi, les effets de l'urbanisation peuvent se faire sentir et ne sont pas pris en compte.

Mais après tout, n'est-ce pas positif de tirer la sonnette d'alarme ? Protéger la nature est forcément bénéfique, et comme on n'en sait rien, ne vaut-il pas mieux être prudent ? Tout n'est peut-être pas aussi simple qu'il n'y parait. En premier lieu, le catastrophisme ambiant risque de discréditer la science dans le futur si les prévisions alarmistes devaient ne pas se reproduire. Pensons à la crise de la vache folle ou à la grippe A. Dans les deux cas des prévisions initialement alarmistes, mais peu de conséquences. À la longue, la science risque de perdre son crédit. Ensuite, l'argent investi pour étudier le climat et se préparer à ses changements vient forcément de quelque part… par exemple des « programmes sanitaires et éducatifs dans les pays en voie de développement » ! À ce niveau, il faudrait au moins être sûr que le réchauffement climatique soit établi.

Même s'il n'apporte rien de nouveau au débat climatique, ce livre sceptique a au moins l'avantage de mettre nos connaissances sur le sujet du climat à plat, et permet d'ouvrir les yeux sur ce que l'on pensait être un acquis. Une lecture indispensable.

Xavier Robin
Publié le samedi 14 août 2010 à 14:33 CEST
Lien permanent : /blog/2010/08/14/le-mythe-climatique
Tags : Livres
Commentaires : 1

Commentaires

Par Herve le dimanche 14 novembre 2010 à 18:39 CET

L’effet de serre est un phénomène physique incontestable et bien documenté. Son ampleur est probablement mal comprise, et ce qu’il signifie pour notre planète encore plus mal. Notre Terre a connu des périodes plus chaudes que maintenant.

Ce qui me met hors de moi, c’est le focus idiot que les politiciens et les responsables de l’industrie mettent sur les émissions de CO2, parce que là n’est pas l’essentiel des défis de notre monde. Bien plus important et plus grave:
- Déforestation
- Surexploitation
- Pollution
- Extinction des espèces
Les parties les plus chaudes de notre planète peuvent sont soit des jungles luxuriantes soit des déserts sans vie. La façon dont nous traitons les écosystèmes les dirigent soit dans une direction soit dans l’autre.

Il y a maintenant urgence. C'est maintenant qu'on doit décider de soit sauver notre planète, soit de la laisser mourrir pour assouvir notre soif de possessions éphémères.

Sauver notre planète demande de trouver des réponses durables aux 4 points ci-dessus

Nouveau commentaire

* L'astérisque dénote un champ obligatoire.

En soumettant votre message, vous acceptez qu' il soit publié sous licence CC BY-SA 3.0.

Quelques balises HTML sont autorisées : a[href, hreflang, title], br, em, i, strong, b, tt, samp, kbd, var, abbr[title], acronym[title], code, q[cite], sub, sup.

Switch to english

Chercher

Tags

Bruit de fond Hobbys Humour Informatique Internet Livres Logiciels Moi Mon site web Mozilla Photo Politique Programmation Scolaire Ubuntu pROC

Billets récents

Calendrier

lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Syndication

Recommender